Connexion
Menzel-Bou-Zalfa

 Carte de l'Atlas archéolgique de la Tunisie : Feuille XXII

Megazoom Image Viewer

   Les renseignements relatifs aux ruines comprises dans cette carte ont été recueillis sur le terrain par :

MM. les capitaines

Corniot et Sauret, les lieutenants Charriou, Faivre, Lallemand, Manos et Montagnon.


27, 32 et 33. Tombeaux taillés clans le roc ; situés sur la chaîne de collines nommée Argoub-el-Mangoub, ils sont au nombre de quatre, dont deux accolés. L'un d'eux avait une porte dont on reconnaît remplacement occupé par les tiges de fer ayant servi de pivots.

29. Henchir-Kesseir. Ruines d'un mausolée. Le soubassement est formé d'assises de gros blocs taillés, surmonté d'un dôme en blocage. A l'intérieur, deux étages communiquant entre eux par une ouverlure carrée d'assez petite dimension. La chambre inférieure est voûtée ; sa hauteur est d'environ 2m,80 ; la chambre supérieure, de forme hémisphérique, a une hauteur de 1m,30. A 200 mètres au Nord-Est de ce mausolée, ruines d'un groupe important d'habitations agricoles. Pressoir à huile.

39. Sidi-bou-Hamouda. Station préhistorique : nombreux silex taillés ; polissoir robenhausien.

44. Zaouiet-Sidi-bou-Rouigat. Tombeau creusé dans le roc et bien conservé. Sa forme est celle d'un carré de 2m,30 de côté ; sa hauteur est presque la même, mais le plafond est taillé en forme de toit. Des niches sont ménagées dans les diverses parois ; la porte d'entrée ne mesure que 0m,80 de hauteur.

70 à 75. Voie romaine du Foum-Kranguet-el-Hadj. Cette voie qui traversait le massif du Djebel-Sidi-Abd-er-Rhamane, peut être suivie sur une longueur de 2 kilomètres environ, depuis le pied de la montagne jusqu'au col. En de nom­breux endroits Ie roc a dû être taillé en cor­niche ; la largeur de la voie varie entre 6 et 7 mètres. Deux postes romains situés l'un au pied de la montagne, l'autre au col, servaient tout à la fois de postes militaires et de relais. Près du village arabe de Damous-ed-Djebel et un peu au nord de Damous-el-Oued, on rencontre les restes d une des culées d'un ponceau sur lequel la route ancienne franchissait la rivière.

78. Henchir-ed-Damous. Ruines importantes d'un centre d'exploitation agricole ; on y voit encore de belles citernes à deux compartiments, communiquant l'un avec l'autre par cinq ouvertures.

82. Au lieu dit Gasseur-Djali, dolmen entouré d'une enceinte circulaire formée de pierres non taillées. Longueur de la table, 1m,80 ; largeur, 1m,40 ; épaisseur, 0m,40 à 0m,50.

98 et 99. Henchir-Fortuna-el-Khedima. Ruines de mai­sons couvrant un espace considérable ; mais ce sont des matériaux entassés, sans sculptures.

101. Henchir-ed-Dalia. Ruines d'une ville importante, couvrant un espace de 600 mètres sur 400 environ, avec d'importants faubourgs au sud-ouest dans la vallée et au nord-est du côté des citernes. Ces dernières sont bien conservées. A signaler, aussi, une maison byzantine presque intacte, un portail romain et trois inscriptions fragmentées. On peut suivre sur une partie du pourtour, surtout à l'ouest, les traces du mur d'enceinte percé d'une porte au sud-ouest. La rampe d'accès à celle porte, bien aménagée, est parfaitement reconnaissable à travers les rochers (Bull. arch. du Comité, 1894, p. 337).

104 Au nord-est de Henchir-Fortuna, menhir formé d'un bloc de grès ferrugineux, mesurant environ 4 mètres de hauteur. On recueille autour de ce monument des silex taillés et des pointes de flèches.

107. Henchir-Mezeguida. Ruines d'un groupe important de constructions agricoles ; l'entassement des déblais forme un monticule assez élevé. Une inscription (Bull. arch. du Comité, 18944, p. 338).

154. A peu de distance de l'Henchir-Sak-Ali, citerne bien conservée avec une grossière mosaïque noire, verte et rouge, à côté ; débris nombreux de constructions.

190. Rorfa-Sidi-Rouigat. Tombeau dans le roc (2m,30 de côté) avec niches.

191. Henchir-Kerch-et-Tsour. Vastes constructions ; tronçon d'une colonne en marbre noir, encore en place et debout ; chapiteau sculpté, en marbre blanc ; grosses pierres de taille.

201. Kourchine. Trois tours hautes de 7 à 8 mètres, avec un reste d'enceinte les reliant ; à l'intérieur, un puits comblé (Guérin, Voy. arch., II, p. 239 ; C.I.L., VIII, p. 128).

272. Sidi-Atsmane. Restes considérables d'un point fortifié ; l'enceinte est encore très nette au nord et à l'est.

273. Au sud-est de Beni-Khaled, ou Bir-Drassen, agglomération importante de maisons ruinées ; plusieurs puits dont trois sont bien conservés.