Connexion
TUNIS

 Carte de l'Atlas archéolgique de la Tunisie : Feuille XX

Megazoom Image Viewer

Les renseignements relatifs aux ruines comprises clans cette carte ont été recueillis sur le terrain par :

M. le capitaine Beau


2. THVRARIA ? (Djedeida). Station sur la route de Carthage à Hippo-Regius ; emplacement incertain (Tissot, Géographie comparée de l'Afrique romaine, II, pp. 244 à 247.)

3 et 4- Lit d'un ancien canal amenant les eaux du Bagradas (Medjerda) dans la plaine de Tebourba. La profondeur moyenne de ce grand canal, sur le parcours duquel on rencontre plusieurs barrages, est de deux mètres et sa largeur de six mètres.

11 et 12. CIGI SA ( ?) Ruines sur un petit mamelon situé à environ 500 mètres de l'aqueduc de Carthage ; grande citerne à voûte surbaissée et restes d'une construction en blocage ; moellons épars sur une superficie de 760 mètres carrés. C'est là que Tissot (Géogr., II, p. 247) propose de placer Cigisa, station de la voie romaine de Carthage à Theveste. Ruines peu importantes ; pas de trace de voie romaine dans les environs.

15. Ruines de l'aqueduc qui amenait à Carthage les eaux des sources du Djebel-Zaghouan.

16. TVNES (Τύνης, Τoύνις). Tunis. Les fondations et quelques assises de la muraille qui longe le Sebkhat es Sedjoumi appartiennent peut-être à l'enceinte antique (Tissot, Géog., II, p. III). Inscriptions (C.I.L., VIII, p. 143, nos 1126 et suiv.). Dans l'intérieur du Dar-el-Bey, près de la Casbah, trois arcades romaines d'ordre dorique, vestiges probables d'un théâtre. La porte de la grande mosquée (Djama-Zitouna) qui s'ouvre sur la rue des Tisserands, est encadrée par un chambranle formé de trois fragments de frises d'ordre corinthien. De nombreux chapiteaux et colonnes antiques, qui peuvent provenir aussi des ruines de Carthage, ont été utilisés dans la construction de la ville moderne (H. Saladin, Description des Antiquités de la Régence de Tunis, II, p. 5 et suiv.)

19. Henchir-el-Kebir. Mamelon couvert de moellons, de débris de constructions en blocage, de fragments de poteries romaines. Puits et citernes voûtées.

23. Bordj-Sidi-bou-Hanèche. Mamelon couvert de moellons et de débris de constructions en blocage. Citernes voûtées.

40 et 41- AD MERCVRIVM. C'est vraisemblablement au point n° ou au point n° 41 qu'il faut placer Ad Mercurium, station de la route de Carthage à Theveste. Au n° 40, grande citerne voûtée ; au n° 41, moellons et débris de blocage sur une superficie de 700 mètres carrés environ. (Tissot, Géogr., II, p. 316.)

43. AD PERTUSA. Ruines d'un pont ayant servi de passage à la voie romaine de Carthage à Theveste. Les deux arcades extérieures sont en pierre de taille très bien conservées ; la voûte comprise entre ces deux arcades est en briques et en moellons ; elle s'est effondrée en deux endroits. Dimensions de l'arche : largeur à la base, 6 mètres 30 ; flèche, 5 mètres ; profondeur, 6 mètres.

 

57. INVCA (Mechta bou Rakba ; Bordj Bahran). Ruines couvrant trois mamelons, que traverse la voie romaine de Carthage à Theveste. Le périmètre de ces ruines est d'environ 1,100 mètres. Sur le mamelon sud-est, longue muraille paraissant être les restes d'une fortification. Nombreuses pierres de grand appareil. (Tissot, Géogr., II, p. 315.)

61. Plateau couvert de débris de construction en blocage et en moellons, sur une superficie d'au moins 4, 200 mètres carrés.

72. Vestiges d'un long mur paraissant avoir fait partie d'un canal adducteur des eaux de l'aqueduc de Carthage qui passe à 500 mètres de là. Ce branchement servait à l'irrigation de la vallée de l'Oued-Melah.

73. AD DECIMVM. (Sidi-Fathallah). (Tissot, Géogr., II, pp. 114 à 124.)

74 et 75. SICILIBBA (Bordj Aalouine). Restes de nombreuses constructions en pierres de taille ; fûts de colonnes ; citernes voûtées ; morceaux de frise en marbre blanc. Le bordj est construit avec des matériaux provenant des ruines romaines. Un fragment de milliaire, transporté du bordj Aalouine à Kasr-et-Tir, donne le chiffre XXXIII, qui représente la distance de Carthage à Sicilibba (Tissot, Géogr., II, p. 318 et 437 ; C. I. L., VIII, 1294 et 14755.)

78. Deux fragments de corniche, sur l'un desquels est une inscription (C. I. L., VIII, 14754)

82. Pierres et moellons épars couvrant un rectangle de 30 mètres sur 23. Belle citerne voûtée.

83. Pierres de taille couvrant une superficie de 300 mètres carrés.

85. La voie romaine de Carthage à Theveste franchit en ce point l'Oued-Chafrou, sur une chaussée dallée de 3 mètres de large.

94. Ruines d'un bourg fortifié. Sur toute la face nord et nord-est, restes d'une muraille flanquée de bastions. Au centre, nombreuses pierres de taille. —A. Réservoir rectangulaire cimenté. — B, C, D, E. Importants débris de blocage. G. Grand bassin cimenté de 15 mètres sur 10. d. Citernes voûtées. (Plan dressé par M. le lieutenant Beau.)

 

150. Ruines d'un bassin circulaire de 25 mètres de diamètre, destiné à l'irrigation du versant nord-ouest de la vallée de l'Oued et Mstiri. On distingue encore quinze piliers en maçonnerie ayant environ 2 mètres de côté à la base et une partie des parois du bassin, revêtues d'un enduit. (Plan dressé par M. le lieutenant Beau.)

  

107. Fragment d'une chaussée romaine traversant l'Oued Miliane et construite en belles pierres de taille de 50 centimètres sur chaque face.

108. Mohammedia. D'après Pagni, il y aurait eu en cet endroit un temple romain. Tout a été bouleversé pour les constructions des palais beylicaux aujourd'hui en ruines. Inscriptions (Guérin, Voy. archéol, II, p. 275 et suiv. ; C. I. L., VIII, p. 110 et suiv.).