Les réinventions du social dans le Maroc “ajusté”

Catusse, Myriam > Auteur



Url externeVoir le document
Sources de contenuRevue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)
AuteurCatusse, Myriam > Auteur
Numero du périodique105-106
Année2005
eFormattext/html
LanguesFrançais
NoteLe Maroc de l’ajustement structurel et de la libéralisation économique est le théâtre d’une prise de conscience politique de l’exacerbation des risques sociaux – et de leurs éventuelles conséquences politiques. En l’espace de peu de temps a été adopté un vaste train de lois sociales, au premier chef desquelles un nouveau code du travail en 2003, remplaçant un dispositif vétuste hérité de la période coloniale. Parallèlement, sont créées des institutions para-publiques pour organiser une prise en charge associative et privée de l’aide aux “démunis”. Cet article se propose d’examiner les logiques présidant d’une part à une activité législative directement tournée vers une amélioration de la protection des salariés protégés et d’autre part à des actions d’assistanat ad hoc encouragées tant par les pouvoirs publics que par de grandes institutions internationales. Si cette accélération des réformes sociales se fonde sur l’idée de l’échec de l’intégration par le travail, elle participe d’une redéfinition des rôles de l’État marocain et d’une transformation des configurations d’acteurs et institutions participant à la prise en charge du social, dans un processus de dépolitisation de la question sociale.
Mots-clésPlan d’ajustement structurel, Libéralisation économique
Domaines d'intérêtQuestion sociale, Travail, Législation, Réforme, Politique (Le)
Gestion des droits© Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
URLhttp://remmm.revues.org/2726
Permalienhttp://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/36839


Documents associés