Approche pédoarchéologique des espaces de production agricole à l’âge du Bronze dans les montagnes méditerranéennes (exemples des Pyrénées-Orientales et de la Haute-Corse, France)

Harfouche, Romana > Auteur



Url externeVoir le document
Sources de contenuPréhistoires méditerranéennes
Titre (Périodique)Préhistoires méditerranéennes
AuteurHarfouche, Romana > Auteur, Poupet, Pierre > Auteur
Numero du périodiquen° 06
Année2013
eFormattext/html
LanguesFrançais
NoteLa découverte de gerbes de seigle carbonisées sous les couches de destruction d’une cabane pastorale altomédiévale, à 1950 m d’altitude dans les Pyrénées cerdanes en 2002, a été à l’origine d’un programme de prospections et de fouilles pédoarchéologiques. Il s’est concentré sur la nature des sols contenus derrière les murs de terrasses visibles sur les pentes parfois raides, entre 1500 et 2000 m d’altitude. La réalisation d’une carte des zones terrassées puis l’identification, la caractérisation et la datation des paléosols ont permis de mettre en évidence une phase de mise en culture des pentes d’une soulane du massif granitique du Carlit dès le Néolithique Final et l’âge du Bronze.En Haute-Corse, les mêmes méthodes éprouvées dans les Pyrénées orientales ont permis de démontrer une histoire pédosédimentaire plus complexe que celle communément admise et une agriculture sur des champs étagés en terrasses dès l’âge du Bronze, dans des espaces aujourd’hui occupés par le maquis, comme dans le Désert des Agriate.Une des causes de ce changement dans l’occupation des sols est vraisemblablement à rechercher dans l’amélioration climatique reconnue en Europe au cours de l’âge du Bronze, mais ce n’est certainement pas la principale. Ce ne sont pas non plus une augmentation démographique conséquente et rapide, invisible à partir des sites connus, ni une recherche de refuge dans une période troublée, causes habituellement évoquées pour ces mutations, qui permettent d’aboutir à ce constat. Il s’agit plutôt d’un mouvement inéluctable d’occupation progressive de toutes les niches écologiques favorables à l’agriculture et au pastoralisme.; In 2002, carbonized sheafs of rye were found in the eastern Pyrenees (Carlit mountain) under the destruction levels of an early medieval pastoral hut, at 1950 m height. This discovery was the starting point of a pedoarchaeological survey and excavation project. The study led within this research program concentrated on the characteristics of soils behind the retaining walls of terraces on the (sometimes steep) slopes between 1500 and 2000 m height. The mapping of terraced areas and then the identification, characterization and dating of palaeosols brought into light a period of cultivation on a sunny slope (soulane) of the granitic Carlit mountain, as soon as the Late Neolithic and Bronze Age.Using the same method in Corsica, we demonstrate the existence of a more complex pedosedimentary history than it was admitted before. Agricultural terracing was put into practice since the Bronze Age in place of nowadays lands of degraded vegetation (maquis), as in the Désert des Agriate.A more favourable climate in Bronze Age Europe may have played a role in this evolution of land patterns, but it is certainly not the major cause. Neither were the other factors generally used to explain changes like a massive demographic growth (invisible on archaeological sites) or a period of troubles that would have fled the populations toward the mountainous slopes.It rather seems to be an onward and progressive movement to occupy all ecological niches suitable for agricultural and pastoral economy.
Mots-clésRadio carbone
Domaines d'intérêtPédoarchéologie, Montagne, Pratiques agraires
DisciplinePréhistoire
Couverture chronologiqueNéolithique final, Age du bronze, Néolithique, Préhistoire
Gestion des droits© Préhistoires méditerranéennes
URLhttp://pm.revues.org/748
Permalienhttp://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/40150


Documents associés