Mobilisations pré-révolutionnaires : quand les habitants des quartiers populaires du Caire (se) manifestent

Deboulet, Agnès > Auteur



Url externeVoir le document
Sources de contenuÉgypte/Monde arabe
Titre (Périodique)Égypte/Monde arabe
AuteurDeboulet, Agnès > Auteur
Numero du périodique11
Année2014
eFormattext/html
LanguesFrançais
NoteCet article interroge l'origine et la continuité des mobilisations au Caire, une décennie avant la période révolutionnaire, en s'intéressant en particulier au nouveau destin des habitants des quartiers périphériques pauvres, souvent décrits comme informels. Les deux auteurs convergent dans leur analyse : ce n'est pas tant la misère que la cristallisation d'un sentiment d'injustice qui doit être interrogée et ce dernier trouve des éléments d'explication dans les mobilisations antérieures pour le droit au travail, le droit au logement et, plus largement, la justice. Dans le prolongement de ce raisonnement, il s'agit de voir comment ont évolué les expressions publiques du mécontentement dans deux situations urbaines proches. La première provient d'enquêtes de Bénédicte Florin sur les Chiffoniers qui sortent de la marge en manifestant suite à des actions très contestées du gouvernement et à certaines conséquences de la libéralisation du secteur et de sa reprise en main autoritaire. La seconde provient d'enquêtes menées par Agnès Deboulet sur les nouveaux secteurs d'insécurité foncière et la façon dont cette forme caractéristique de la mégapole débouche sur de nouveaux moteurs d'organisation et de coopération. Dans les deux cas, avant même la révolution, le tournant revendicatif étant bien amorcé et les habitants des quartiers défavorisés avaient mis en œuvre de nouveaux leviers d'action.;This article questions the origin and the continuity of mobilizations in Cairo, a decade before the revolutionary event. It is taking a particular interest to the new fate of poor neighbourhoods (also described as informal). The two authors develop a very converging analysis: what has to be taken into consideration is more the crystallization of a feeling of injustice than misery. This feeling of injustice finds some explanations in previous mobilizations, be it associated with work claims, housing or more largely, justice. In line with this reasoning the autors aim is to scrutinize how public expressions of discontent have evolved in two quite similar urban contexts. The first one is produced by Bénédicte Florin surveys about dustmen expressing themselves out of their usual marginal places of residence and work. Their demonstrations followed very contested actions from the government in order to liberalize the sector and in parallel to reorganize it in an authoritarian manner. The second one results from Agnes Deboulet surveys about new sectors of land insecurity. It explores the relations between this main characteristic of the large mega-city and potential new engines of organization and cooperation. In both case studies, even before the Egyptian revolution, new set of protests were already established and residents of poor neighbourhoods had already acquired new registers of action.
Domaines d'intérêtMobilisations, Résistances, Droit au logement, Droit au travail
Gestion des droits© Égypte/Monde arabe - CEDEJ
URLhttp://journals.openedition.org/ema/3263
Permalienhttp://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/90368


Documents associés