Speculative Revisions of Film History: A Curator’s Notes

Salti, Rasha > Auteur



Url externeVoir le document
Sources de contenuRevue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)
AuteurSalti, Rasha > Auteur
Numero du périodique134
Année2013
eFormattext/html
LanguesFrançais
NoteEntre la génération des cinéastes du monde arabe qui ont réalisé des films expérimentaux dans les années 1960 et 1970, et celle des artistes vidéastes des années 2000, il existe une génération de réalisateurs qui a reçu une reconnaissance internationale et une consécration en tant qu’auteurs. Les films de la génération précédente ne circulent que rarement voire jamais, et sont abandonnés dans des archives éparses et difficilement accessibles. Quant aux œuvres des artistes les plus excentriques et les plus affirmés, elles sont presque oubliées. En d’autres termes, il n’y a pas eu de transmission directe à travers le temps et l’espace. Un effort pour retracer des sensibilités partagées, mettre à jour des résonances artistiques et poétiques transgénérationnelles dans cette vaste région du monde pourrait sembler un travail académique pour le moins subjectif. En revanche, lire et déconstruire un film dans le contexte d’une poétique partagée n’est pas inutile ou inintéressant. La programmation intitulée Cartographie de la subjectivité : expérimentation et cinéma arabe, de 1960 jusqu’à aujourd’hui présentée en trois éditions au Musée d’art moderne (MoMA) à New York, est une concrétisation de cet exercice spéculatif. Cet essai est une réflexion suscitée par des recherches sur le terrain, des discussions avec les cinéastes et artistes, et par des consultations d’archives, mais aussi inspirée par les intentions qui ont guidé l’organisation des trois éditions.;Between the generation of experimental film makers of the 1960s and 1970s in the Arab world and that of the video makers of the 2000s, there is a generation of authors who have been consecrated and acclaimed regionally and internationally. The films produced by the first generation are very rarely shown, if ever, and most of them, particularly those produced by the most eccentric and most experienced artists, have fallen into obsolescence. In other words, there has been no significant transmission of experience through time or space. While attempts to trace shared sensibilities and extract resonances may be a subjective academic exercise, the reading or deconstructing of films within the context of shared cultural poetics is not an entirely useless or meaningless speculative exercise. The three installments (2010-2012) of Mapping Subjectivity: Experimentation in Arab Cinema from the 1960s to Now, presented at the Museum of Modern Art in New York were an embodiment of such an exercise. Our study is a reflection based on field research, and motivations behind the program’s selections.
Mots-clésCensure, Subjectivité, Activité militante, Techniques numériques, Video art, Ciné-clubs, Cinéma expérimental, Cinéma arabe
Domaines d'intérêtCinéma, Mémoires, Archives, Arts, Militantisme
Gestion des droits© Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
URLhttp://remmm.revues.org/8278
Permalienhttp://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/36698


Documents associés