Querelle de minarets en Égypte. Le débat public sur l’appel à la prière1

Farag, Iman > Auteur



Url externeVoir le document
Sources de contenuRevue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)
AuteurFarag, Iman > Auteur
Numero du périodique125
Année2009
eFormattext/html
LanguesFrançais
NoteVers le milieu des années 2000, les autorités égyptiennes décident d’unifier l’appel à la prière, pour mettre fin à ce qu’elles considèrent comme désordre urbain, pollution sonore et atteinte à la sacralité d’un rituel religieux. Des années plus tard, la mesure est toujours en examen, mais l’effet d’annonce aura suffit à susciter un débat particulièrement riche et problématique. En ressort plus particulièrement la hiérarchisation différentielle de références partagées entre des intervenants que tout oppose par ailleurs. L’article traite de ce débat sous plusieurs angles. Sur le fond comme sur la forme et indissociablement, est posée la question de la structuration des débats publics : la part qu’y prennent respectivement, le renouvellement des supports, l’intervention grandissante des anonymes qui pose un défi à l’analyse et enfin, les limites imposées au dire public, qui dépendent plus de la vigilance fluctuante des entrepreneurs de morale que de frontières préétablies. Il s’agit également de suggérer des hypothèses sur la prise de parole comme pratique et ses liens éventuels avec d’autres registres de la pratique sociale, ici l’écoute comme expérience sensorielle, et l’identification ou non de l’appel à la prière, comme élément distinct dans l’ambiance sonore. Plus loin est posée la question de la technicisation présumée de la ferveur religieuse et la mesure dans laquelle elle recoupe celle de la reproduction mécanisée des performances artistiques dites profanes.;In the middle of the first decade of the 21st century, Egyptian authorities decided to unify the call to prayer (azan). Several arguments were presented dealing with urban disorder, sound pollution and the disrespect of religious practice. Years later the measure has yet to be adopted. Its announcement however, produced a rich and problematic debate, in which antagonistic opinions shared the same references but were organized in different hierarchies. This article examines the debate from several angles: in form and in content, indissociably, the problem of debate structure is presented as a transformative variable: the respective roles of media choice and the increasing participation of anonymous contributors, represent a challenge for the analyst, and finally, the limits of free speech, which more often depend upon the inconstant vigilance of the morality police than upon defined limits. This also suggests the existence of linkages between the willingness to take a public stand and various other social registers of experience, including “listening” as a sensorial experience and the extent to which azan is identified as a distinctive element in an aural landscape. Further, the question is raised as to technical abstractions and religious fervour elicited and the extent to which these reflect a broader thematic regarding the mechanical reproduction of so-called secular artistic performances.
Mots-clésMinarets
Domaines d'intérêtEspace public, Religieux, Pratiques religieuses
Gestion des droits© Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
URLhttp://remmm.revues.org/6170
Permalienhttp://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/36734


Documents associés