La population des villes sudarabiques préislamiques : entre ‘aṣabiyya et

Schiettecatte, Jérémie > Auteur



Url externeVoir le document
Sources de contenuRevue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)
AuteurSchiettecatte, Jérémie > Auteur
Numero du périodique121-122
Année2008
eFormattext/html
LanguesFrançais
NoteL’identité des populations d’Arabie du Sud préislamique est traitée par le biais des données épigraphiques. Ces dernières donnent un aperçu de la manière dont se définissent les populations urbaines. Dans un premier temps (viiie-iie s. av. J.‑C.), celles-ci se définissent par le lien de parenté. Au tournant de l’ère chrétienne en revanche, à travers toute l’Arabie du Sud, l’identité se décline progressivement par un rattachement à la ville d’appartenance, au sol. Cette évolution chronologique nous amène à relativiser l’ancienne dichotomie selon laquelle l’identité des populations des Hautes-Terres se définit par le lien au sol et celle des Basses-Terres par le lien du sang. Par ailleurs, cette évolution semble aller de pair avec une transformation profonde de la société où le domaine de la parenté fait place à de nouvelles formes de hiérarchie dans les relations de dominance et d’appropriation des ressources. Cette transformation pourrait avoir été le moteur de cette évolution de l’identité des populations urbaines sudarabiques.;The identity of the pre-Islamic populations of South Arabia is signified by way of the available epigraphic data. These data have provided a perspective into the way in which urban populations identified themselves. At the outset (8th–2nd c. B.C.), these populations defined themselves by a link to parentage. Conversely, at the turn of the Christian era throughout South Arabia, identity is progressively expressed by an association with the city of origin, or to place. This chronological evolution brings us to relativize the ancient dichotomy through which the identity of highland populations is defined as an affiliation to place while that of the populations of the lowlands is defined as an association to blood or heredity. Alternatively, this evolution appears to go hand in hand with a profound societal transformation whereby the tie to ancestry gives way to new forms of hierarchy in relationships of dominance and of the appropriation of resources. Such a socio-economic transformation may well have provided the impetus for this evolution of the identity of urban South Arabian populations.
Mots-clésPériode pré-islamique
Domaines d'intérêtPeuplement, Territoires
Gestion des droits© Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
URLhttp://remmm.revues.org/4743
Permalienhttp://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/36789


Documents associés