Le savoir de l’autre ? Les intellectuels arabes de l’université parisienne (1955-1980): une relecture de l’orientalisme français

Brisson, Thomas > Auteur



Url externeVoir le document
Sources de contenuRevue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)
AuteurBrisson, Thomas > Auteur
Numero du périodique125
Année2009
eFormattext/html
LanguesFrançais
NoteL’article s’interroge sur un cas de diaspora scientifique, les intellectuels arabes de l’université parisienne, et cherche à analyser en quoi cette position particulière a fourni le cadre de leur relecture de l’orientalisme français. Il s’agit donc de dépasser les termes du débat ouvert par Saïd, opposant savoirs (et savants) d’Orient et d’Occident, pour montrer la complexité des réseaux scientifiques ainsi que la diversité des appréciations et des critiques dont une tradition scientifique européenne a fait l’objet, lorsque des savants, issus des mondes qu’elle prenait comme sujet d’étude, ont participé à son élaboration. S’appuyant sur une sociologie des milieux scientifiques, l’article montre que seule une attention aux structures académiques et aux modalités des relectures qu’elles déterminent, permet de saisir ce qu’ont été les enjeux d’une lecture arabe de l’orientalisme en France. S’il remet par là en cause l’assignation culturelle de ces intellectuels arabes comme seul mode de compréhension de leurs travaux, il n’en cherche pas moins à ressaisir ce que peut avoir de spécifique le point de vue d’intellectuels migrants, travaillant depuis l’étranger sur leurs mondes d’origine.;The paper outlines a sociological analysis of a scientific Diaspora. It focuses on the Arab intellectuals who have been working in Paris since the middle of the 50’s and shows how this specific position impinged on their reading of the French Orientalist tradition. Doing so the article questions Said’s Orientalism and its idea of a Western way of understanding (and creating) the East. Instead, it argues that the ways Arab intellectuals engaged with the West’s understanding of their culture is far more complex and cannot be understood merely in terms of cultural identity. Instead, it argues that one has to scrutinize the positions held by the Arab intellectuals inside the French academic field to fully understand how they came to read and criticize the tenets of the classical Orientalism.
Mots-clésUniversités, Relations scientifiques
Domaines d'intérêtEnseignement, Vie intellectuelle, Orientalisme, Intellectuels
Couverture chronologiqueXXe siècle
Gestion des droits© Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
URLhttp://remmm.revues.org/6283
Permalienhttp://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/37089


Documents associés