Une mission sacrée pour qui ? Quelques réflexions sur l’Intégration Nationale et le Mandat britannique en Irak

Sluglett, Peter > Auteur



External URLVoir le document
Content source Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)
AuthorSluglett, Peter > Auteur
Issue Number117-118
Date2007
eFormattext/html
LanguageFrançais
NoteL’idée d’un objectif moral était inhérente à la création des mandats au Proche-Orient au lendemain de la guerre. Il s’agissait en particulier pour les Grandes Puissances de préparer activement à l’indépendance dans un futur qui ne soit pas trop éloigné les pays dont ils avaient la charge. Pratiquement, à l’opposé des idéaux entourant leur création, les nouvelles structures qui émergèrent étaient largement le reflet du désir des grandes puissances de forger des institutions à travers lesquelles elles puissent exercer leur contrôle. En Irak, les considérations économiques dictèrent la formation d’une lourde armée nationale soutenue, si nécessaire, par la puissance de la Royal Air Force. Cela conduisit à l’emploi de la force dans des situations pour lesquelles des solutions administratives auraient été plus appropriées et, en fin de compte, à l’échec des efforts de création des structures institutionnelles qui auraient été capables de résister à la domination de petites cliques militaires. De même, la politique britannique a été de gouverner par l’intermédiaire de l’“aristocratie de service” arabe sunnite, en accordant un statut de minoritaire à la majorité chiite de la population. Si cela a été toléré tant que les chiites sont restés en bas de la hiérarchie socio-économique, l’élévation du niveau d’éducation et les progrès de la conscience politique ont représenté une menace pour le statu quo, d’abord sous la monarchie puis sous la république.;Inherent in the creation of the post-war Middle Eastern mandates was the notion of moral purpose, specifically that the Great Powers should be actively preparing their young charges for independence at some point in the not too distant future. In practice, in contrast to the high ideals surrounding their creation, the new structures which emerged were largely a reflection of the Powers’ desire to create institutions through which they could exercise control. In Iraq, considerations of economy dictated the formation of a fairly large national army, backed up, when necessary, by the coercive powers of the Royal Air Force. This led to the employment of force in situations for which administrative solutions would have been more appropriate, and eventually to a general failure to create soundly based institutional structures which would be capable of resisting domination by small military cliques. Also, British policy was to rule through the Arab Sunni ‘aristocracy of service’, effectively according minority status to the majority Shi‘i population. While this was generally tolerated as long as the Shi‘is remained at the bottom of the socio-economic pile, increasing educational provision and growing political awareness produced a series of challenges to the status quo, first under the monarchy and subsequently under the republic.
KeywordsDruzes, Mandat, Grandes familles
TopicColonisation, Aristocratie, Armée
Copyright© Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
URLhttp://remmm.revues.org/3271
Permalinkhttps://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/36827


Documents associés