Anciens et nouveaux parias. Des usages des migrations et du transit dans la politique libyenne

Haddad, Saïd > Auteur



External URLVoir le document
Content source Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM)
AuthorHaddad, Saïd > Auteur
Issue Number119-120
Date2007
eFormattext/html
LanguageFrançais
NotePoint traditionnel d’arrivée de flux migratoires sud-sud, la Libye s’insère progressivement depuis une décennie dans les circuits migratoires nord-sud de l’espace méditerranéen. De pays d’immigration, elle est devenue un pays d’émigration. L’étude des migrations à destination et en provenance de Libye illustre la mise en relation de plusieurs espaces migratoires ainsi que l’interpénétration des espaces relationnels (l’espace euroméditerranéen et l’espace africain) dans lesquels se déploie ce pays. Elle illustre également les usages possibles par un État de la rive sud de la Méditerranée occidentale des questions migratoires. L’apparition dans l’agenda euromaghrébin des questions migratoires et de ces nouveaux parias que sont les migrants subsahariens, et l’émergence de la Libye, longtemps considérée comme État paria ou voyou (rogue state), comme nouvel espace étatique de transit sont contemporaines des mutations que connaissent la diplomatie et la société de ce pays. Si la nouvelle donne migratoire et ce nouveau statut de pays de transit peuvent être analysés comme autant de contraintes, ils sont également des opportunités offertes à Tripoli dans sa quête de respectabilité internationale et l’occasion pour le régime libyen de quitter les marges de l’espace euromaghrébin et de s’insérer à son avantage dans ce tissu de contraintes que constitue cet espace.
KeywordsTransit, Migtration de transit
TopicMigrations, Emigration, Mobilités, Frontières
Copyright© Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée
URLhttp://remmm.revues.org/4093
Permalinkhttps://cinumed.mmsh.univ-aix.fr/idurl/1/37652


Documents associés